Biographies

Assia Djebar Fatima-Zohra Imalayène (1936-2015)

Romancière, traductrice et cinéaste algérienne, l’une des écrivains les plus connus et les plus acclamés d’Afrique du Nord. Assia Djebar a également publié de la poésie, des pièces de théâtre et des nouvelles et produit deux films. Elle a exploré la lutte pour l’émancipation sociale et le monde de la femme musulmane dans ses complexités. Plusieurs de ses œuvres traitent de l’impact de la guerre sur l’esprit des femmes. Sa forte position féministe lui a valu beaucoup d’éloges mais aussi une hostilité considérable de la part des critiques nationalistes en Algérie.

"Juste pour que je puisse avoir des soucis qui ne changent jamais, que ce soit la paix ou la guerre, pour que je puisse me réveiller au milieu de la nuit et me poser des questions sur ce qui dort au fond du cœur de l'homme qui partage mon lit … Juste pour que je puisse accoucher et pleurer, car la vie n'est jamais accompagnée d'une femme, la mort est toujours juste derrière, furtive, rapide et souriante aux mères… "(extrait de" Il n'y a pas d'exil "dans Femmes d'Alger dans leur appartement: nouvelles, 1980)

Biographie de L’écrivaine

Assia Djebar est née à Cherchell, une petite ville côtière près d’Alger. Elle a fréquenté l’école primaire où son père enseignait le français et a terminé ses études secondaires à Alger. Après des études au Lycée Fénélon à Paris, elle est devenue la première Algérienne à être admise à la prestigieuse École Normale Supérieure. Djebar a abandonné ses études avant de terminer pour rentrer en Algérie. Plus tard, elle a obtenu un doctorat en littérature à l’Université Paul Valéry de Montpellier.
Assia Djebar s’est joint à la grève étudiante algérienne de 1956, dans les premières années de la lutte pour l’indépendance algérienne. Pendant la guerre, des soldats français ont fait irruption dans l’appartement de sa mère et déchiré ses livres. Le frère de Djebar a été emprisonné en France. En 1958, Djebar épousa Ahmed Ould-Rouïs, membre de la Résistance. Elle a déménagé avec lui d’abord en Suisse puis en Tunisie. Ils ont divorcé en 1975. Le deuxième mari de Djebar était le poète Malek Alloula; ce mariage s’est également soldé par un divorce. Pendant son séjour en Tunisie, Djebar a écrit la nouvelle «Il n’y a pas d’exil» mais ne l’a publiée qu’en 1980, comme si elle ne voulait pas exprimer ses doutes sur la guerre à l’époque. Djebar est revenue dans Algerian White (1995) au lendemain de la lutte et de la mort de ses trois amis.

L’œuvre littéraire d’Assia Djebar

Entre 1957 et 1967, Assia Djebar a écrit quatre romans, faisant ses débuts avec La soif (The Mischief). Le roman a été écrit en deux mois lors du soulèvement des étudiants en 1956. Craignant la désapprobation de son père, elle a adopté le nom de plume qu’elle a gardé depuis. La protagoniste du roman, mi-française mi-algérienne Nadia est une fille algérienne occidentalisée. Elle mène une vie insouciante, tente de séduire le mari de son amie afin de rendre son propre petit ami jaloux. Sous la surface, le lecteur rencontre une étude sérieuse du développement psychologique. Le livre a été comparé au Bonjour tristesse de François Sagan. En Algérie, il a été condamné pour avoir ignoré les réalités politiques de l’époque.

Les impatients (1958) se situe avant la lutte pour l’indépendance et se concentre sur une jeune femme, Dalila, qui se sent prise au piège dans un environnement familial d’hommes dominateurs et de femmes frustrées. Les enfants du nouveau monde (1962) ont exploré l’éveil des femmes algériennes à de nouvelles exigences. L’héroïne est dans l’action collective pour le changement politique et les thèmes de l’amour et de la guerre, le passé et le présent, ont continué dans Les alouettes naïves (1967), qui dépeint une femme rebelle contre le patriarcat. Après avoir terminé le roman, Assia Djebar a temporairement arrêté d’écrire et a tourné son attention vers le film.

Pendant la guerre de libération, Assia Djebar a collaboré avec le journal anti-colonial FLN (Front de libération nationale) El-Moujahid en réalisant des entretiens avec des réfugiés algériens au Maroc et à Tunis. À l’époque, le rédacteur en chef du journal était Frantz Fanon, avec qui elle s’est liée d’amitié. Il est très possible que Fanon ait utilisé une partie du matériel qu’elle a collecté sur les étudiantes dans son récit de la guerre d’Algérie, A Dying Colonialism (1959). Assia Djebar a poursuivi son travail dans l’histoire en tant qu’assistante d’enseignement à l’Université de Rabat et a participé à diverses activités culturelles algériennes. Pendant son séjour au Maroc, Djebar a écrit son troisième roman, Les enfants du nouveau monde.

Après indépendance de l’Algérie, Assia Djebar a été critique pour avoir écrit en français, alors que les écrivains étaient censés passer à la langue nationale, l’arabe. Djebar a estimé que le français et le berbère devraient être autorisés à avoir un statut officiel des langues nationales et a dénoncé la politique d’ignorer l’héritage berbère.
Assia Djebar a enseigné l’histoire de l’Afrique du Nord à la Faculté des lettres et a travaillé avec la presse et la radio algériennes. Dans les années 1970, Djebar a étudié l’arabe classique pour élargir ses modes d’expression. Plus tard dans ses romans, elle a manipulé la langue française, lui donnant les fils et les rythmes de l’arabe, et transformant la langue du colonisateur en langue de résistance. Lorsque Djebar a commencé à travailler avec ses romans autobiographiques, elle a dû surmonter «l’impersonnalité du français» et le fait qu’elle utilisait «la langue des autres». Djebar s’est également tourné vers le cinéma pour toucher ceux qui ne savent pas lire. Elle a réalisé deux films pour la Radio-Télévision Algérienne (RTA). La première, La Nouba des femmes du Mont Chenoua (1979, La Nouba des femmes du Mont Chenoua), a obtenu le Prix international de la critique au Festival du film de Venise en 1979. Il n’a été diffusé à la télévision qu ‘ une seule fois. La Zerda et les chants de l’oubli (1982, Zerda and the Songs of Fortune / The Songs of Forgetting), réalisée avec Malek Alloula, était la chronique de la vie au Maghreb du début au milieu du XXe siècle. Le film commence par des mots sur un écran: « La mémoire est corps de femme ».

Assia Djebar, nom de plume de Fatima-Zohra Imalayène (1936-2015)

Le long silence littéraire de Assia Djebar dans les années 1970 était en partie dû à sa reconnaissance qu’elle n’allait pas devenir écrivain de langue arabe et à son intérêt pour les formes d’art non littéraires. Elle a travaillé comme assistante réalisatrice sur un certain nombre de productions. En 1973, elle réalise sa propre adaptation de la pièce de Tom Eyen sur Marilyn Monroe, The White Whore et the Bit Player. Lorsque Djebar est retournée à l’Université d’Alger, elle a commencé à enseigner le théâtre et le cinéma.

Les Femmes d’Alger dans leur appartement (1980, Les femmes d’Alger dans leur appartement) étaient un recueil de nouvelles et ont marqué un tournant dans la carrière de Djebar en tant qu’écrivain: « Je venais d’avoir quarante ans. C’est à ce moment-là que j’ai enfin je me suis senti pleinement écrivain de langue française, tout en restant profondément algérien.  » Après un silence de dix ans, le livre a été bien accueilli dans les cercles critiques. Il tire son titre du célèbre tableau de Delacroix et représente les femmes algériennes cloîtrées, toujours emprisonnées dans le harem. Cependant, Assia Djebar a donné à ses personnages dignité et sagesse, privés d’eux par l’intrusion de l’artiste dans leur espace privé. La deuxième version du livre de 2002 contenait un roman supplémentaire en plus de la première version.

L’Amour, la fantasia (1985, Fantasia: une cavalcade algérienne), lauréate du prix de l’amitié franco-arabe, autobiographie mixte, récits historiques de la conquête française de 1830 et de la guerre d’Algérie. C’était le premier volume du quatuor algérien sur les femmes maghrébines, qui a continué dans (1987, A Sister to Scheherazade), une histoire de deux femmes. Loin de Medine (1991) a exploré la vie des femmes dans la vie du prophète Mohammed. Ce livre a été provoqué par les émeutes fondamentalistes de rue en Algérie. Lorsque des extraits ont été publiés, « les barbus » voulaient la brûler, et « ceux sans barbe » l’ont défendue, comme l’a dit plus tard Djebar.

Assia Djebar regardait souvent avec pessimisme la capacité des femmes à changer un patriarcat dominateur. Dans la prison autobiographique Vaste est la prison (1995, So Vast the Prison), la narratrice relie sa propre vie de femme algérienne moderne et éduquée, aux traditions de ses ancêtres féminins et à l’histoire de Carthage, une grande civilisation que les Berbères étaient autrefois. par rapport à. Le protagoniste est Isma, 36 ans, musicologue et cinéaste, qui réalise: « Nous pensons que les morts sont absents mais, transformés en témoins, ils veulent écrire à travers nous ».

Djebar a enseigné l’histoire pendant de nombreuses années à l’Université d’Alger. Dans les années 80, elle s’installe à Paris pour travailler au Centre de la culture algérienne. Elle a remporté le prix Neustadt pour sa contribution à la littérature mondiale en 1996 pour avoir franchi avec perspicacité les frontières de la culture, de la langue et de l’histoire dans sa fiction et sa poésie. En 1997, elle a reçu le prix Yourcenar et en 2000 le prestigieux Friedenspreis des Deutschen Buchhandels. Assia Djebar a été nommé en 1997 professeur et directeur du Centre d’études françaises et francophones de la Louisiana State University.

À partir de 2001, Djebar a occupé le poste de professeur titulaire de la chaire Silver d’études françaises et francophones à l’Université de New York. Djebar était membre de l’Académie Royale de Langue Française de Belgique. En 2005, Djebar est devenue la cinquième femme élue à l’Académie française.
Au fil des décennies
, aucun éditeur n’a osé prendre le risque de publier ses romans en arabe dans son Algérie natale, mais en même temps les traductions anglaises ont été lues par un large public en Europe et en Amérique du Nord. Beaucoup de ses amis ont été assassinés par des terroristes islamistes en raison de leurs opinions politiques. Djebar a été mentionné comme candidat au prix Nobel de littérature. Elle est décédée le 7 février 2015 dans un hôpital parisien.

Meilleures œuvres :

  • La soif, 1957
    – The Mischief (translated from the French by Frances Frenaye, 1958)
  • Les impatients, 1958
  • Women of Islam, 1961 (photos: Magnum, translated by Jean MacGibbon)
  • Les enfants du nouveau monde, 1962
    – Children of the New World: A Novel of the Algerian War (translated by Marjolijn de Jager, 2005)
  • Les alouettes naïves, 1967
  • Poèmes pour l’Algérie heureuse, 1969
  • Rouge l’aube, 1969
  • La nouba des femmes du Mont Chenoua, 1969
  • La Nouba des femmes du Mont Chenoua / The Nouba of the Women of Mount Chenoua, 1979 (film, prod. by Algerian Television)
  • Les Femmes d’Alger dans leur appartement, 1980
    – Women of Algiers in Their Apartment (translated by Marjolijn de Jager, afterword by Clarisse Zimra, 1992)
  • La Zerda ou les chants d’oubli, 1982 (film, dir. by Assia Djebar, written by Malek Alloula)
  • L’Amour, la fantasia, 1985
    – Fantasia: An Algerian Cavalcade (translated by Dorothy S. Blair, 1988)
  • Ombre sultane, 1987
    – A Sister to Scheherazade (translated by Dorothy S. Blair, 1987)
  • Loin de Medine, 1991
    – Far from Medina (translated by Dorothy S, Blair, 1987)
  • Chronique d’un été algérien, 1993
  • Le blanc de l’Algérie, 1995
    – Algerian White (translated by Marjolijn de Jager, David Kelley, 2000)
  • Vaste est la prison, 1995
    – So Vast the Prison (translated by Betsy Wing, 1999)
  • Oran, langue morte, 1997
  • Les nuits de Strasbourg, 1997
  • Ces voix qui m’assiègent, 1999
  • Filles d’Ismaël dans le vent et la tempête, 2002 (Daughters of Ishmael in Wind and Storm; musical drama in five acts)
  • La Femme sans sepulture, 2002
  • La disparation de la langue française, 2004
  • The Tongue’s Blood Does Not Run Dry: Algerian Stories, 2006 (translated from the French by Tegan Raleigh)
  • Nulle part dans la maison de mon père, 2007

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page