Patrimoine

La S’biba de Djanet

L’origine de cette fête « La S’biba de Djanet » remonterait à plus de trois mille ans. A l’époque, les deux tribus d’El Mihane et d’Azzelouaz, en guerre sans merci, à l’annonce de la victoire du prophète Moïse sur les armées du pharaon, décident de signer la paix.

Coïncidant avec « El Achoura » la « S’biba » fait revivre l’histoire du pacte de paix signé entre les deux tribus touarègues d’El- Mihane et d’Azzelouaz.
Chaque année Djanet se rappelle ce pacte et le célèbre à la manière des habitants de la région.

Depuis, chaque année, dix jours durant, les deux communautés touarègues se préparent à faire revivre cet événement. Pour ce faire, ils se parent de costumes et d’épées gardés exclusivement pour l’occasion.
Ils répètent chaque geste, chaque chant composant la fête. Les femmes reprennent les chants sur le rythme des « gangas » (tambourin), agrémentés de youyou, tandis que les hommes se jaugent et se provoquent comme pour un vrai combat.

Finalement, les guerriers des deux tribus se rejoignent sur le lieu de combat où ils seront acclamés par les leurs faisant cercle debout ou assis. Les femmes, ornées de bijoux, tambourin à la main, guident les pas et les gestes des guerriers qui simulent l’affrontement sous les acclamations, les youyous et les chants.

La tension monte, l’ambiance s’électrise jusqu’à l’intervention des sages des deux tribus qui arbitreront le combat avant de désigner le vainqueur. Là, le geste valeureux de la signature du pacte de paix a été mimé en fin de journée, et les habitants de Djanet, tous présents, se retire en pensant peut-être à la prochaine « s’biba ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page