le monde pourrait devenir durable d'ici 2050

Selon les chercheurs, le monde pourrait devenir durable d’ici 2050

Des chercheurs ont découvert que les capacités technologiques existent pour que le monde entier soit alimenté par des énergies renouvelables. C’est la volonté politique qui est en cause.

Début novembre, les dirigeants mondiaux se sont réunis à Glasgow pour discuter de la limitation des émissions de carbone. Mais selon une équipe de chercheurs universitaires, il leur serait possible de faire bien plus que limiter les gaz à effet de serre : d’ici 2050, selon un projet d’étude, le monde pourrait pratiquement les éliminer.

Création d’emplois

L’étude affirme qu’une transition vers une production d’électricité entièrement renouvelable et des voitures alimentées par des batteries ou de l’hydrogène est possible d’ici 2050. Qui plus est, cette transition créerait plus d’emplois dans les secteurs de l’éolien, de l’hydraulique et du solaire qu’elle n’en supprimerait dans les secteurs du charbon, du pétrole et du gaz naturel. Selon les chercheurs, la construction de générateurs d’énergie renouvelable ainsi que l’exploitation continue de ces infrastructures créeraient plus de 50 millions d’emplois d’ici 2050, tandis que les pertes des industries des combustibles fossiles et de l’énergie nucléaire s’élèveraient à environ 28 millions.

Mark Jacobson, directeur du programme Atmosphère/Énergie de l’université de Stanford et auteur principal de l’étude, a déclaré que l’idée est simplement de montrer aux gens qu’un avenir énergétique propre est possible.

« D’un point de vue technique et économique, c’est tout à fait possible », a déclaré M. Jacobson. « Mais il y a aussi le point de vue social et politique qui consiste à se demander si cela se produira, compte tenu des obstacles sociaux et politiques. Et ça, je ne peux pas le prédire. »

Réduction des gaz à effets de serre

Le calendrier prévoit que le monde passe à au moins 80 % d’énergie éolienne, hydraulique et solaire d’ici 2030. Mais c’est bien plus que ce que les dirigeants mondiaux prévoient actuellement. Les pays ont soumis aux Nations unies des plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais la plupart des plans, même les plus optimistes, prévoient des mesures moins radicales que celles décrites par M. Jacobson et ses coauteurs. Le plan de l’Éthiopie, que le groupe Climate Action Tracker considère comme l’un des rares plans « suffisants » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, prévoit une réduction de 64 % des émissions par rapport aux estimations habituelles d’ici à 2030. Les États-Unis se sont engagés à réduire leurs émissions d’au moins 26 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici à 2025.

Une telle transition est-elle possible ?

Mais une partie du problème, selon M. Jacobson, est le manque de connaissances sur la faisabilité d’une transition globale vers l’énergie propre.

« Je pense que notre travail permet de réduire une barrière sociale et politique pour montrer qu’il est possible, d’un point de vue technique et économique, d’effectuer une transition », a-t-il déclaré. « Parce qu’avant, on se tordait les mains en disant : « Nous ne savons pas si c’est possible, nous ne savons pas si le réseau restera stable, nous ne savons pas combien de terres cela occupera ». »

Le rapport répond à chacune de ces questions. Les chercheurs ont également estimé que les infrastructures nécessaires pourraient être construites en utilisant environ 1 % des terres de la planète, tout en libérant les terres utilisées pour l’extraction des combustibles fossiles et pour les anciennes centrales électriques.

Des énergies renouvelables plutôt que fossiles

Selon les chercheurs, l’énergie propre du futur pourrait se composer de 61,3 % d’énergie solaire – dont la plupart seraient des panneaux photovoltaïques à l’échelle industrielle -, de 32,3 % d’énergie éolienne, de 4,8 % d’énergie hydroélectrique et de moins d’un pour cent d’énergie géothermique et marémotrice.

Selon M. Jacobson, un facteur important en faveur d’une transition vers les énergies renouvelables est le simple calcul de l’efficacité de la production d’énergie. Les combustibles fossiles ne sont tout simplement pas des sources d’énergie efficaces, a-t-il expliqué.

« Lorsque vous brûlez de l’essence, par exemple, vous perdez 80 % de l’énergie qu’elle contient en chaleur », a-t-il expliqué. « Elle n’est pas réellement utilisée pour faire avancer la voiture. »

Il faut également de l’énergie pour extraire le pétrole, le raffiner et le transporter. Alors qu’avec une éolienne, le vent est juste là, soufflant gratuitement sans qu’aucun effort humain ne soit nécessaire pour le propulser. Les principales pertes sont liées à la transmission et à la distribution de l’énergie produite par l’éolienne.

Les voitures du futur

Dans l’avenir énergétique propre de Jacobson, les voitures connaîtraient les augmentations d’efficacité les plus spectaculaires. Une voiture électrique bénéficierait de multiples avantages en termes d’efficacité, car elle ne brûlerait pas de combustibles fossiles et ne consommerait pas d’électricité provenant de sources fossiles.

« Dans le cas des véhicules électriques, vous réduisez votre demande d’électricité par trois », a déclaré M. Jacobson.

Des engagements à tenir

Pour que le monde se dirige vers cet avenir hypothétique, il faudrait que tous les niveaux de gouvernement prennent une multitude d’engagements, notamment :

  • l’élargissement des normes d’efficacité énergétique et des codes de construction
  • l’augmentation des normes relatives aux portefeuilles d’énergies renouvelables
  • l’augmentation des crédits d’impôt pour les projets d’énergie éolienne, hydraulique et solaire ;
  • rationaliser les processus d’autorisation pour les projets d’énergie renouvelable ;
  • la mise à la retraite forcée des centrales électriques existantes ;
  • créer des incitations pour le stockage de la chaleur et de l’électricité ;
  • promouvoir les transports en commun ;
  • accroître la disponibilité des transports en commun ainsi que des pistes cyclables et des sentiers pédestres ; et
  • adopter des normes d’émission zéro pour les nouveaux véhicules.

Tout cela demande beaucoup de volonté politique. Mais M. Jacobson a fait remarquer qu’il n’est pas non plus impossible de mobiliser cette volonté.

« Certains endroits sont en train de le faire », a-t-il déclaré. « La Norvège, par exemple, a déjà parcouru plus de 50 % du chemin. »

 41 Vues totales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *