kateb yacine

Kateb Yacine

Romancier, poète et dramaturge algérien, qui a écrit en français jusqu’au début des années 1970, quand il a commencé à utiliser dans son théâtre de combat l’arabe vernaculaire. Encore assez jeune, Kateb Yacine s’est impliquée dans la lutte anticolonialiste. À l’âge de 16 ans, il participe aux manifestations de l’indépendance algérienne du 8 mai 1945, qui entraînent la mort d’environ 6 000 à 13 000 Algériens. Tourmentée par ses souvenirs, Kateb Yacine a passé huit ans à écrire Nedjma (1956), le premier roman maghrébin à être instantanément reconnu comme un classique. Il a depuis acquis le statut de roman révolutionnaire national.

« Ce sont des civilisateurs curieux, ces aventures, des Européens qui n’ont pas tout à fait réussi, ces généraux qui sont venus gagner leur gloire contre un peuple faible, ces spéculateurs avides de profits non taxés, ces impuissants qui sont venus chez nous pour recharger leurs de l’énergie ou de leur compte en banque. Oh quelles merveilleuses affaires ont été conclues pour tous les Européens, si seulement ils venaient ajouter au nombre de corbeaux qui se nourrissent de notre peuple … Quelle imagerie de châteaux romantiques, d’esclaves que l’on fouettait autant que on aimait, les femmes orientales aux yeux noirs ornant sa maison … « (extrait d’un discours, le 24 mai 1947, dans le hall des Sociétés Savantes, Paris, dans Le destin algérien d’Albert Camus par Aïcha Kassoul et Mohamed-Lakdar Maougal »

Biographie de Kateb Yacine :

Kateb Yacine est née à Condé-Smendou, près de Constantine, dans une vieille famille très instruite. Son père était Kateb Mohamed et sa mère Kateb Jasmina. (Kateb est le nom de famille de l’écrivain, Yacine est son premier nom.) Il a été élevé sur des histoires de réalisations arabes ainsi que sur les légendes des héros algériens.
Après avoir fréquenté une école coranique, Kateb Yacine est entrée dans le système éducatif français. Ses études au Collège de Sétif furent interrompues en 1945 par son arrestation, suite à sa participation à une manifestation nationaliste à Sétif. La manifestation s’est transformée en émeutes et en massacre de milliers de personnes par la police et l’armée. Kateb a été emprisonnée sans procès, torturée par la police et libérée quelques mois plus tard. En prison, Kateb a découvert ses deux grands amours, la révolution et la poésie. L’un des poèmes les plus connus de Kateb, «  La rose de Blida  » (1963), parlait de sa mère, qui, croyant qu’il avait été tué pendant la manifestation, souffrait d’une dépression psychologique.

À partir de 1947, Kateb yacine a commencé à visiter régulièrement la France jusqu’à ce qu’il s’y installe définitivement. À dix-sept ans, Kateb publie son premier livre, Soliloques (1946), un recueil de poèmes. Comme beaucoup d’écrivains algériens – Mouloud Feraoun, Assia Djebar, Tahar Djaout – il a écrit en français au lieu d’utiliser l’arabe algérien. En 1948, il publie un long poème, «Nedjma ou le poème ou le couteau», dans lequel le personnage de Nedjma, une mystérieuse femme spirituelle, apparaît pour la première fois. Nedjma est aussi le nom de sa cousine, que l’auteur aimait, mais n’a pas pu courtiser correctement, car elle était déjà mariée.

Keblout et Nedjma, Kateb Yacine – Poèmes et Poésie
 Nedjma chaque automne reparue

Non sans m'avoir arraché

Mes larmes et mon Khandjar

Nedjma chaque automne disparue.

Et moi, pâle et terrassé

De la douce ennemie

À jamais séparé:

Les silences de mes pères poètes

Et de ma mère folle

Les sévères regards;

Les pleurs de mes aïeules amazones

Ont enfoui dans ma poitrine

Un coeur de paysan sans terre

Ou de fauve mal abattu.

Bergères taciturnes

À vos chevilles désormais je veille

Avec les doux serpents de Sfahli: mon chant est parvenu!

Bergères taciturnes,

Dites qui vous a attristées

Dites qui vous a poursuives

Qui me sépare de Nedjma?

(from 'Keblout et Nerdjma')

Nedjma (1957) :

Nedjma kateb yacine
De 1949 à 1951, Kateb a travaillé comme journaliste, principalement pour le journal communiste Alger Républicain, où Mohammed Dib était son collègue journaliste. Il a voyagé à travers l’Arabie saoudite, le Soudan et l’Asie centrale soviétique. Pendant un certain temps, il était docker, mais à partir de 1952, il se consacra entièrement à l’écriture. En 1955, Kateb a été contraint de quitter la France en raison de son implication dans la lutte nationaliste algérienne pour l’indépendance. Ses polémiques ouvertes sur l’Algérie avec Albert Camus ont duré près de quinze ans. À la suite de sa rupture avec le communisme, Camus a condamné l’usage du terrorisme, « qui s’exécute aveuglément, dans les rues d’Alger par exemple », et a défendu la domination coloniale française. Dans son pays natal, Kateb a été accusé d’avoir joué le jeu des colons pour avoir écrit en français. L’œuvre la plus célèbre de Kateb yacine, Nedjma (1957), traite la quête d’une Algérie restaurée de manière mythique. Sa technique moderniste, l’utilisation de multiples voix narratives et sa chronologie discontinue, a influencé la littérature et les écrivains francophones d’Afrique du Nord ailleurs dans le tiers monde. Kateb lui-même a admis que William Faulkner était l’influence la plus importante sur son style d’écriture. Et comme Faulkner avec son comté de Yoknapatawpha, Kateb avait son propre « petit timbre-poste de terre natale », la partie orientale de l’Algérie.

Nedjma, qui intègre des légendes locales et des croyances religieuses populaires, est situé à Bône, en Algérie, sous la domination coloniale française. En raison du style fragmenté, l’intrigue est difficile à suivre. Nedjma, un nom qui signifie «étoile» en arabe », est une belle femme mariée au passé incertain. Sa mère a été kidnappée et violée par quatre hommes arabes. Nedjma est aimée par quatre révolutionnaires et elle va et vient comme les quatre saisons. « Nedjma chaque automne reparue / Non sans m’avoir arraché / Mes larmes et mon Khandjar / Nedjma chaque automne disparue. » Plus ils découvrent d’elle, moins ils savent vraiment. Nedjma ne change jamais, mais les autres personnages passent à travers tous les âges de la vie. Remarquable, en tant que personnage, elle participe à l’action beaucoup moins que ce à quoi on pourrait s’attendre. Les citations directes de son discours et de sa pensée totalisent moins de deux pages. Les Algériens à leur clan.


L’attention critique s’est concentrée sur la structure inhabituelle du roman. L’action n’est pas chronologique – la narration présente des similitudes avec les arabesques et les formes géométriques de l’art islamique. L’un des événements centraux du roman est la manifestation du 8 mai 1945 à Sétif. On a souvent dit que Nedjma est l’Algérie ou représente l’identité nationale. Produit par la Révolution, elle est une « star de sang ».
Kateb yacine a repris les thèmes et la figure de Nedjma dans de nombreux poèmes et pièces de théâtre; ce personnage féminin a été tout au long de sa vie au centre de sa vision créative. Sa première pièce était Le cadavre encerclé (prod. 1958, Le cadavre encerclé), un drame de colonisation et d’aliénation rempli d’images surréalistes. Dans l’expression mythique de la tragédie algérienne, Nedjma représentait toutes les valeurs de la civilisation arabe foulées aux pieds par l’histoire. Le polygone étoilé (1966), deuxième œuvre en prose majeure de Kateb, présente plusieurs personnages de Nedjma. Comme l’auteur l’a lui-même expliqué, tout ce qu’il a fait constitue «une longue œuvre unique, toujours en gestation».

Inspirée par Eschyle, Rimbaud et Brecht, rencontrés à Paris, Kateb décide de rompre avec la tradition lyrique et de créer un théâtre plus politique. Parmi les œuvres ultérieures de Kateb figure la pièce L’Homme aux sandales de caoutchouc (1970, L’homme aux sandales en caoutchouc). Ses premières scènes qu’il avait esquissées en 1949, alors qu’il travaillait comme journaliste à Alger et des années avant la défaite française à la bataille de Dien Bien Phu, que Kateb yacine qualifia jadis d ‘ »octobre et Stalingrad: une révolution de proportion mondiale et une irrésistible appel aux misérables de la Terre.  » Le héros vietnamien est Ho Chi Minh. Dans de petits rôles sont des personnages tels que Mao Zedong, Chiang Kai-shek, Pierre Loti et Marie-Antoinette. Une série de vignettes met en lumière l’histoire militaire du Vietnam et le sort de la main-d’œuvre algérienne transitoire en Europe. Les personnages sont présentés face à face, les Français face aux Vietnamiens, les Viet-Cong face aux Américains. De courtes séquences et des chœurs parlés alternent. Le procès d’un Everyman américain, appelé Captain Supermac, occupe le dernier tiers de la pièce. Kateb avait visité le Vietnam pendant la guerre de 1967, lorsque les troupes américaines se sont battues avec les Sud-Vietnamiens et ont bombardé des cibles dans le nord. La pièce a été produite simultanément à Alger et à Lyon.

La guerre ouverte contre la domination française a pris fin en 1962 lorsque les Algériens, votant lors d’un référendum national, ont approuvé l’indépendance et la France a reconnu la souveraineté de l’Algérie. Depuis le début des années 1970, Kateb yacine vivait dans son pays d’origine. Il n’a plus écrit en français; il a également présenté des pièces inédites en arabe algérien familier. Plusieurs de ses œuvres dramatiques ont été produites en France et en Algérie, où il a dirigé un groupe de théâtre révolutionnaire composé d’étudiants et d’ouvriers, Action Culturelle des Travailleurs (ACT). Au début, les membres étaient mal payés ou ne recevaient aucun salaire pour leur travail, mais ont été rémunérés avec des céréales et des provisions fournies par le public. Plus tard, la compagnie a fait une tournée en France et a eu un grand succès auprès du public émigré.

Mohammed de Kateb, prends ta valise (1971, Mohammed, prenez votre valise), traitant de l’immigration algérienne, a été réalisé dans des usines et d’autres industries, et a atteint 70000 personnes en cinq mois. « Je me suis complètement donné à la pièce sans aucune expérience de la mise en scène », a déclaré Kateb dans une interview. Dans ce travail, Kateb yacine a voulu montrer la complicité de classe qui existe entre la bourgeoisie française et la bourgeoisie algérienne. Il avait fait remarquer que l’écrivain révolutionnaire « doit transmettre un message vivant, plaçant le public au cœur d’un théâtre qui participe du combat sans fin opposant le prolétariat à la bourgeoisie ». Kateb est décédée le 28 octobre 1989 à Grenoble, en France.

Au moment de sa mort, Kateb Yacine révisait la première version de la pièce Le bourgeois sans-culotte ou le spectre du parc Monceau (Robespierre la sansculotte, ou le fantôme du parc Monceau), commandée pour le bicentenaire de la révolution française. Il a été présenté pour la première fois au festival d’Avignon en 1988. À quelques exceptions près, les œuvres de Kateb ne sont pas disponibles en anglais. La traduction de Nedjma par Richard Howard est sortie en 1961, et la série Ubu Repertory Theatre de New York a publié en 1985 la traduction de Intelligence Powder (La poudre d’intelligence) par Stephen J. Vogel.

Meilleures Œuvres :

  • Soliloques, 1946 (Soliloquy, poems)
  • Abdelkader et l’indépendance algérienne, 1948 (Abdelkader and the Algerian Independence)
  • La cadavre encerclé, 1955 (The encircled corpse, play; prod. Brussels, 1958, by Jean-Marie Serreau)
  • Nedjma, 1956
  • – Nedjma (translated by Richard Howard, 1961)
  • Le cercle des représailles, 1959 (The circle of reprisals, anthology of plays, includes La cadavre encerclé, Poudre d’intelligence, Les ancêrtres redoublent de férocité)
  • La femme sauvage, 1963 (The savage woman; play) 
  • Leluth et la valise, 1963 (The lute and the suitcase; play)
  • Nouvelles aventures de Nuage de Fumée, 1964 (Puff of Smoke’s new adventures; play)
  • Le Polygone étoilé, 1966 (The Starry Polygon: play)
  • Les ancêrtres redoublent de férocité, 1967 (The ancestors redouble in ferocity; play)
  • La Poudre d’intelligence, 1968
  • – Intelligence Powder (play; translated from the French by Stephen J. Vogel, 1985)
  • L’homme aux sandales de caoutchouc: théâtre, 1970 (The man with the rubber sandals; play)
  • Mohammed prends ta valise, 1971 (Mohammed, take your suitcase; play)
  • Boucherie de l’espérance, 1971 (The butchery of hope; play)
  • Saout Ennisa, 1972
  • Parce que c’est une femme, 1972 (Because it’s a woman; play)
  • La Palestine trahie, 1972-1982 (Palestine betrayed; play)
  • La guerre de deux mille ans, 1974 (The two thousand years’ war;  play)
  • La Kahina, 1985 (The Kahina; play)
  • L’Œuvre en fragments, 1986 (edited by Jacqueline Arnaud)
  • Le bourgeois sans-culotte ou le spectre du parc Monceau, 1988 (Robespierre the sansculotte, or the ghost of Parc Monceau, play)
  • Le poète comme un boxeur: Entretiens, 1958-1989, 1994 (edited by Gilles Carpentier)
  • Minuit passé de douze heures: écrits journalistiques, 1947-1989, 1999 (edited by Amazigh Kateb)
  • Boucherie de espérance: Oeuvres théâtrales, 1999 (plays, edited by Chergui)
  • Un théâtre en trois langues, 2003

Citations de Kateb Yacine

« Je suis né d’une mère folle très géniale. Elle était généreuse, simple, et des perles coulaient de ses lèvres. Je les ai recueillies sans savoir leur valeur. Après le massacre (8 mai 1945), je l’ai vue devenir folle. Elle, la source de tout. Elle se jetait dans le feu, partout où il y avait du feu. Ses jambes, ses bras, sa tête, n’étaient que brûlures. J’ai vécu ça, et je me suis lancé tout droit dans la folie d’un amour, impossible pour une cousine déjà mariée.»

Kateb Yacine (dans Ghania Khelidi, 1990, p. 13)

« Mais quand on parle au peuple dans sa langue, il ouvre grand les oreilles. On parle de l’arabe, on parle du français, mais on oublie l’essentiel, ce qu’on appelle le berbère. Terme faux, venimeux même qui vient du mot ‘barbare’. Pourquoi ne pas appeler les choses par leur nom? ne pas parler du ‘Tamazirt’, la langue, et d »Amazir’, ce mot qui représente à la fois le lopin de terre, le pays et l’homme libre ? »

Kateb Yacine (dans Ghania Khelifi, 1990, p. 91)

« Éternelle sacrifiée, la femme dès sa naissance est accueillie sans joie. Quand les filles se succèdent (…), cette naissance devient une malédiction. Jusqu’à son mariage, c’est une bombe à retardement qui met en danger l’honneur patriarcal. Elle sera donc recluse et vivra une vie secrête dans le monde souterrain des femmes. On n’entend pas la voix des femmes. C’est à peine un murmure. Le plus souvent c’est le silence. Un silence orageux. Car ce silence engendre le don de la parole. »

Kateb Yacine, J’ai vu l’étoile qui n’a brillé qu’une fois, dans Le Monde, Paris, 4 avril 1984.

« On croirait aujourd’hui, en Algérie et dans le monde, que les Algériens parlent l’arabe. Moi-même, je le croyais, jusqu’au jour où je me suis perdu en Kabylie. Pour retrouver mon chemin, je me suis adressé à un paysan sur la route.
Je lui ai parlé en arabe. Il m’a répondu en tamazight. Impossible de se comprendre. Ce dialogue de sourds m’a donné à réfléchir. Je me suis demandé si le paysan kabyle aurait dû parler arabe, ou si, au contraire, j’aurais dû parler tamazight, la première langue du pays depuis les temps préhistoriques… »

Kateb Yacine, Les Ancêtres redoublent de férocité, Bouchène/Awal, Alger, 1990.

« L’Algérie arabo-islamique est une Algérie contre-nature, une Algérie qui est contraire à elle-même. C’est une Algérie qui s’est imposée par les armes, car l’islam ne se développe pas avec des bonbons et des roses, il se développe avec des larmes et du sang. Il croît dans l’oppression, la violence, le mépris, par la haine et les pires humiliations que l’on puisse faire à l’homme. »

(Kateb Yacine, interview au journal Awal 1987)

 410 Vues totales

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *